Les figues séchées : filles du soleil alliant diversité et tradition

Collection: Les figues séchées : filles du soleil alliant diversité et tradition

Petite question : à quoi pensez-vous lorsque l’on parle de figues ?

S’il n’y a pas grand-chose qui vous vient à l’esprit, vous êtes probablement dans le même cas que la plupart des personnes de notre pays. La figue est peut-être le fruit le plus sous-estimé d’Europe occidentale. La pauvre fait également l’objet de nombreux jeux de mots et symboliques peu flatteuses. Il est grand temps de donner un coup de projecteur sur ce fruit délicat. Suivez-nous, vous allez comprendre pourquoi.

Image of Anna Moscagiuri
Anna Moscagiuri
18.04.2024
in #Produits
Lesedauer: 5 Minuten

Un patrimoine vivant de générations en générations

La figue est l’une des plus anciennes plantes cultivées d’Europe. Elle est connue depuis au moins l’Ancien Testament, dans lequel Adam et Eve couvrent leur nudité d’une feuille de figuier. Dans de nombreux récits, elle est un symbole de paix et de prospérité. Cela peut s’expliquer par le fait qu’un seul figuier peut nourrir des générations entières : en effet, il n’est pas rare que ces merveilles de la nature vivent 90 ans. En plantant un figuier, on a donc de bonnes chances de faire profiter ses arrière-arrière-petits-enfants de ses précieux fruits.

Éden méditerranéen

Les figues bénéficient d’excellentes conditions climatiques au Proche-Orient. C’est en Turquie que nous avons trouvé les fruits les plus juteux et les plus savoureux, plus précisément dans les montagnes de l’Aydin, au bord de la mer Égée. Des hivers doux et humides et des étés chauds et secs où les précipitations sont rares font de cette région pittoresque un véritable verger et potager méditerranéen. En plus des figues, de nombreux autres fruits comme les olives, les raisins et les abricots prospèrent dans cette région et développent des arômes qui ne sont rendus possibles que dans un cadre aussi parfait.

Au sommet du goût

Dans la province d’Aydin, les figues poussent au sein de petites exploitations agricoles dans des conditions difficiles. Situées en altitude, les cultures demandent beaucoup d’efforts et de travail. Mais ces efforts en valent la peine : si haut dans les montagnes, les fruits mûrissent un peu plus lentement et finissent par offrir un goût encore plus savoureux et plus intense. Mais il faut beaucoup de travail avant d’en arriver là. Au mois de septembre, lorsque vient la saison des récoltes, on entame la cueillette minutieuse de ces fruits délicieux. Elle se fait à la main, à flanc de montagne, un fruit après l’autre.

Rien de tel que la chaleur du soleil

Environ 75 jours s’écoulent entre la pollinisation et la récolte. Les fruits mûrs sont moelleux, sucrés et juteux, tandis que leur couleur foncée indique qu’ils sont bien mûrs. Immédiatement après la cueillette, ils sont séchés sur place, en plein soleil dans les champs en montagne. Pour éviter que les oiseaux ne viennent les picorer la nuit, les fruits sont recouverts de bâches dès que le soleil disparaît derrière l’horizon. On ne peut pas sécher les fruits de manière plus authentique – même pas besoin de conservateurs !

Les 750 identités de la figue

On parle couramment du « figuier », mais celui-ci n’existe pas vraiment. On connaît en réalité plus de 750 variétés de figues différentes : en forme de poire, ovales, rondes avec une peau jaune, verte ou violette… Certaines sont si originales qu’on ne saurait pas dire que ce sont des figues au premier coup d’œil ! Sans parler de la diversité des feuilles. Toutes ces variétés ont toutefois un point commun : les arbres sont soit mâles, soit femelles. La distinction est relativement simple et se fait à la première bouchée.

Femelles sucrées et mâles à confiture

Les figues femelles ont un goût sucré exquis et naturel et sont donc à déguster fraîches ou séchées. Les fruits mâles sont généralement utilisés pour la confiture, car ils sont un peu plus amers et nécessitent souvent une pointe de sucre supplémentaire. Heureusement, la guêpe du figuier se moque de cette différence. Elle butine les deux et amène ainsi le pollen mâle à sa cible femelle.

Préparation sophistiquée des figues

Après avoir séché naturellement sous le soleil de la province d’Aydin, les figues sont acheminées vers les ateliers de la région. Elles y sont d’abord soigneusement lavées, puis à nouveau séchées, cette fois dans un tunnel de séchage. Les fruits sont ensuite triés en fonction de leur taille. Chez Seeberger, nous préférons les spécimens particulièrement charnus. Ensuite, les figues séchées sont soigneusement examinées à différents postes, à l’aide d’une technologie de pointe, mais aussi d’un regard avisé. Elles passent notamment par une chambre noire avec lumière UV et une trieuse laser, puis le contrôle final se fait à la main par nos partenaires qualifiés.

Seeberger à la recherche de la super figue

Nous savons ce qui fait de très bonnes figues et veillons à ne mettre que les meilleures dans nos sachets. Les critères les plus importants se voient à l’œil nu : la taille et la couleur des fruits. Plus ils sont gros et foncés, mieux c’est. Un autre facteur important est le goût, car les figues Seeberger doivent avoir cette saveur fruitée et sucrée reconnaissable.

Double vérification par une équipe experte

En raison de leur texture délicate, les figues sèches sont plus fragiles que les autres fruits secs. C’est pourquoi notre partenaire local met les bouchées doubles en matière de contrôle qualité. Une équipe qualité expérimentée, composée de dix collaborateurs et collaboratrices, contrôle les fruits avec rigueur et précision pour déterminer lesquels seront mis en vente. Dès que la marchandise arrive chez nous à Ulm, nous la contrôlons une nouvelle fois dans notre propre laboratoire de technologie alimentaire. Puis c’est le grand départ : les plus courageuses des figues vous rejoindront bientôt chez vous !

Équité garantie dans chaque sachet

Chaque sachet Seeberger contient un précieux morceau de nature. Pour nous, c’est une évidence : il faut maintenir un juste équilibre entre ce que l’on prend et ce que l’on donne. Voilà comment cela se traduit :

  • Nous utilisons les ressources naturelles avec respect et les ménageons autant que possible. En Turquie, les figuiers poussent en toute liberté sur les versants des montagnes et sont naturellement irrigués. L’arrosage artificiel n’est donc pas nécessaire. Et lorsque les figuiers terminent leur cycle de vie, leur bois est utilisé pour créer de l’énergie destinée à chauffer les habitations de la population locale.
  • Nous garantissons de bonnes conditions de vie et de travail à nos partenaires sur place. Cela fait maintenant trois générations que nous travaillons avec nos fournisseurs locaux de figues. Cette collaboration impose une responsabilité de part et d’autre ; elle est basée sur la confiance et une relation d’égal à égal. Nos objectifs se projettent loin dans l’avenir et reposent sur des fondements qui ne peuvent être achetés : des valeurs communes, appliquées rigoureusement dans le respect de l’humain et de la nature.

Gourmandise ultime et conscience tranquille

On dit que l’on est ce que l’on mange. Il nous semble donc tout à fait logique de vous montrer comment et où sont produits les snacks que vous achetez. Mais trêve de bavardage, où sont passés nos snacks préférés ? Choisissez vos figues moelleuses et sucrées, mûries sous le soleil turc. Produites dans de bonnes exploitations et avec amour. <3