Fraîchement arrivées de l’oasis : les dattes, miracles du désert

Collection: Fraîchement arrivées de l’oasis : les dattes, miracles du désert

Besoin d’un peu de connexion avec la terre ? Vous trouverez peut-être l’inspiration auprès de la plus ancienne plante cultivée au monde. Le dattier semble sans aucun doute posséder un super pouvoir. Grâce à sa capacité d’adaptation phénoménale, il produit de petits fruits délicieux sous une chaleur ardente. Il nourrit ainsi les humains et les animaux, proches et lointains, depuis des décennies.

Image of Anna Moscagiuri
Anna Moscagiuri
18.04.2024
in #Produits
Lesedauer: 5 Minuten

Ascension ensoleillée en Tunisie

Nos dattes débutent leur voyage là où les caravanes traversent un désert enchanteur et où l’air frémit sous l’effet de la chaleur. Le sud ardent de la Tunisie est une région qui ne fait pas immédiatement penser aux cultures et à l’agriculture. Pourtant, la région est étonnamment fertile, notamment grâce à l’impressionnant Chott el Jérid. Il s’agit d’un immense lac salé où convergent des cours d’eau provenant des montagnes du nord et autour duquel gravitent plusieurs oasis. Du fait de l’évaporation importante de l’eau, une grande quantité de sel subsiste dans le lac et forme parfois des croûtes suffisamment solides pour que même des camions puissent rouler dessus. Chaleur extrême et sel – les conditions ne sont pas optimales pour la végétation. Pourtant, lorsque les températures atteignent 50 °C et que la pluie se fait rare, une plante étonnante s’épanouit : la mère majestueuse des dattes Seeberger.

Fruits au goût de miel nés d’une terre de feu salée

Pour le majestueux dattier, les conditions du désert aride de Tunisie sont tout sauf austères. Bien au contraire : c’est sous un soleil de plomb qu’il réalise un miracle spectaculaire de la nature. Il nous en ferait presque oublier les beautés naturelles de la région. C’est en effet ici, sur un sol désertique, salé et sec, qu’il donne naissance à des fruits juteux et sucrés dont la qualité et le goût sont incomparables. Les meilleures dattes du monde : les Deglet Nour.

Géants du désert : les palmiers dattiers

Les Deglet Nour, littéralement « doigts de lumière », poussent sur de magnifiques palmiers qui peuvent atteindre 30 mètres de hauteur. Avec une telle taille, ils surplombent même des monuments imposants comme la porte de Brandebourg à Berlin. Avant de produire leurs premiers fruits, ils passent huit années entières à pousser dans le sable brûlant du désert. Ils sont alors prêts à donner chaque été environ 100 kilos de dattes exquises. Et ce, pendant au moins 30 ans. Tout ceci est possible grâce à un spectacle savamment orchestré par la nature : la pollinisation par le vent. Car si vous cherchez des abeilles travailleuses dans cet environnement, c’est peine perdue.

Tapis de pollen sur le sable du désert

Comme pour de nombreuses autres plantes, les fleurs de dattier peuvent être soit mâles, soit femelles. Lorsque la période de pollinisation débute fin février, les fleurs mâles libèrent massivement leur pollen léger dans le vent du Sahara pour rejoindre les fleurs femelles. Si la pluie tombe à ce moment-là, c’est la catastrophe : elle emporte le pollen présent dans l’air et le fait tomber au sol, où il reste collé. Pour assurer la pollinisation, les agriculteurs et agricultrices interviennent parfois en rapprochant délibérément les fleurs mâles et femelles.

Croissance en groupe protégé

Quatre à six semaines plus tard, les premières dattes apparaissent. Elles poussent sur des panicules, un peu comme des grappes de raisin. Selon l’âge et l’état de santé du palmier, une panicule peut porter jusqu’à 600 fruits. D’avril à juillet, on laisse le soleil faire effet. Il apporte la chaleur nécessaire pour que les fruits atteignent leur pleine maturité. Pendant cette période, certaines exploitations enroulent des filets lâches autour des panicules pour empêcher les insectes et la pluie de causer des dégâts.

La récolte : un rituel qui demande de la dextérité

Les dattes Seeberger sont prêtes à être récoltées à partir du mois d’octobre. Comment s’y prend-on ? Une seule solution : monter sur le palmier, toujours en équipe. Les cueilleurs expérimentés grimpent jusqu’aux fruits mûrs, coupent les branches porteuses et les passent à leurs collègues du dessous. Chaque branche passe ainsi d’une personne à l’autre jusqu’à ce qu’elle arrive au sol. Chaque geste est réfléchi, chaque morceau coupé est précieux. Au bout d’une demi-heure environ, la récolte du palmier est terminée et l’équipe expérimentée passe à l’arbre suivant. Quant aux dattes, elles passent au séchage et au dénoyautage. Ces deux étapes ont lieu dans le nord de la Tunisie, après une journée de voyage.

Du doigté pour les doigts de lumière

Là-bas, entre les mains expertes de nos partenaires, les dattes entament leur métamorphose pour devenir ce fruit à grignoter tant convoité. Après avoir été soigneusement sélectionnées et nettoyées, elles passent dans un bref bain de vapeur qui les prépare en douceur au dénoyautage. Au cours de ce processus, chaque datte reçoit une grande attention. Elles sont ouvertes à la main par une incision afin d’en extraire le noyau. On en profite également pour vérifier qu’elles ne sont pas abîmées ou attaquées par des insectes. Quand tout est en ordre, ces fruits du désert sont séchés jusqu’à atteindre le taux d’humidité désiré. Ils acquièrent ainsi leur délicieuse texture et leur couleur dorée. À partir de là, tout est prêt pour que les dattes nous rejoignent à Ulm.

Pas de gâchis

Les personnes qui nous connaissent le savent : nous adoptons une approche globale chaque fois que cela nous est possible. C’est pourquoi nous alimentons une économie circulaire, notamment en redonnant les noyaux et les fruits endommagés par les insectes pour les transformer en nourriture pour animaux. Même les panicules sont recyclées à 100 %. Les branches solides servent à fabriquer des paniers, tandis que les plus délicates sont utilisées comme engrais naturel.

Faire honneur au produit et à nos partenaires

Nous entretenons une relation étroite avec la Tunisie et ses habitants, empreinte de respect et de durabilité. Depuis plus de deux décennies, nous travaillons main dans la main avec des partenaires de la région, non seulement pour proposer des dattes savoureuses, mais aussi pour soutenir les communautés locales. Notre partenariat est basé sur la confiance, l’équité et l’objectif commun de protéger et de préserver l’environnement.

Gourmandise ultime et conscience tranquille

On dit que l’on est ce que l’on mange. Il nous semble donc tout à fait logique de vous montrer comment et où sont produits les snacks que vous achetez. Mais trêve de bavardage, où sont passés nos snacks préférés ? Choisissez vos dattes sucrées et juteuses dans la palmeraie de l’Orient. Produites dans de bonnes exploitations et avec amour. <3